Cliquez sur les mots en noir, ils vous renvoient à d'autres pages.
accueil
historique
éléments d'une horloge
des horloges particulières
des horloges originales
des horloges non encore expérimentées
vous avez la parole
quelques liens
Les mécanismes (suite)

Échappement moderne à ancre :

Le balancier est solidaire de la roue rouge. La roue verte (roue à échappement) est reliée au mécanisme qui, sous la pression d'une force (ressort, poids), tend à la faire tourner mais elle est bloquée par l'ancre (bleue) dans ses deux positions extrèmes. Dans sa position médiane, l'ancre présente le plan incliné d'un de ses becs (jaune) au plan incliné d'une des dents de la roue à échappement. Celle-ci, en poussant sur les becs, donne une impulsion à l'ancre qui, par sa lyre (au sommet de l'ancre), la transmet au balancier lui apportant ainsi l'énergie nécessaire à l'entretien de l'oscillation.
L'électronique

Depuis quelques années, grâce à la miniaturisation des circuits électroniques, on trouve des horloges dont le système est entièrement électronique.
La base de temps est un oscillateur à quartz dont la fréquence de résonnance est de plusieurs MHz. Il faut diviser cette haute fréquence pour obtenir une impulsion par seconde qui sera utilisée pour le comptage des secondes. Un nouveau diviseur par 60 donnera les impulsions de comptage des minutes, etc. Un microprocesseur gère l'ensemble et également les changements d'heure légale (été - hiver) ou encore la date avec le jour de la semaine. En option, un récepteur radio permet de capter les information envoyées par une horloge atomique (dont l'émetteur est situé à Mainflingen en Allemagne) ainsi l'horloge est-elle toujours à l'heure.